L’idée est née d’un constat: Le journalisme culturel reste encore sous-estimé en Côte d’Ivoire, et plus précisément dans les maisons de presse.  Il existe peu de journalistes culturels qui se spécialiseraient dans le domaine au sein d’une rédaction. En effet, dans l’entendement général, les sujets culturels peuvent être traités par tout journaliste capable d’écrire avec une bonne grammaire. Mais le sujet a bien plus d’exigence que cela.
 AIMEZ LA PAGE « KOTOKOLI
Aujourd’hui, les journalistes à vocation culturelle ont trouvé une alternative à cette situation. Ils ont des blogs. Pendant mon séjour au Cameroun dans le cadre d’un atelier avec plusieurs journalistes culturels de l’Afrique sub-saharienne, j’en ai rencontré. Demba Cissokho du Senegal avec son grenier de kibili, Bationo William du Burkina avec Burkina Cahier culture, Dzekashu MacViban du Cameroun avec Bakwa, John Owoo du Ghana avec ArtsGhana; ils consacrent leur blog à leur spécialisation: l’Art et la culture. Ainsi le web s’avère être un libre espace d’expression pour ces journalistes.
D’ailleurs internet est devenu une plateforme incontournable pour s’informer. Il serait donc intéressant de créer un contenu web riche pour la promotion de la culture.  En Côte d’Ivoire, les choses avancent tout doucement. Il existe des blogueurs et web-actifs qui dévouent leur plateforme à la chose. Il y a en effet un véritable besoin de communication, car de plus en plus sont organisés des événements culturels dont la plupart des gens n’ont pas connaissance. Pièce théâtrale, concert, exposition, spectacle de danse, spectacle de slam… On aurait l’embarras du choix… si au moins on en avait connaissance.
KOTOKOLI, ce petit oiseau curieux et bavard…

 
Bientôt le Marché des Arts du spectacle d’Abidjan. C’est l’un des grands festivals internationaux en Afrique. Pour ce rendez vous il y aura un grand nombre d’événements du 5 au 12 mars dans le district d’Abidjan. www.rythmafriq.com avec le soutien du Goethe Institut Côte d’Ivoire organise donc l’atelier « KOTOKOLI, coulisses culturelles ». Du 3 au 4 mars, cet atelier réunira blogueurs et journalistes sur des thèmes d’échange autour de la couverture presse, la rédaction journalistique, et l’usage des réseaux sociaux. Cette phase théorique donnera suite, pendant le Masa, à une phase pratique matérialisé par le blog dédié KOTOKOLI, où seront publiés les différents articles des participants. KOTOKOLI, en référence au nom donné à l’oiseau matinal des campagnes en Côte d’Ivoire, illustrera l’effervescence abidjanaise en terme d’événements culturels. Il sera un guide pour les locaux et les touristes venus spécialement pour le Masa. Bien sûr les blogueurs publieront leurs articles sur leur propres blogs. Il faut que cette dynamique profite à leur contenu personnel. 
Pour l’atelier, Remi Coulibaly, journaliste culturel à Fraternité Matin guidera les participants et supervisera un atelier d’écriture et d’échange. Valerie Boni, journaliste pour la radio BBC, interviendra pour donner son expérience de la couverture presse d’un festival. Elle décortiquera différents cas et échangera sur les préoccupations de chacun des participants avant de proposer un exercice. Au terme de ces deux jours, chacun, en fonction de ses préférence et son planning, devra produire des articles autour de Masa. Il y a en effet matière à écrire.
Rappelons que KOTOKOLI est le premier pas vers une action plus large. Tanja Schreiner et moi même y voyons un agrandissement à d’autres festivals en Afrique. Nous remercions la Directrice du Goethe Institut qui a eu confiance en ce projet. 

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *