A partir du 28 février.
Le FESPACO aura bien lieu du 28 février au 7 mars 2014. Cette édition post-révolution Burkinabé aura un goût de nouveauté.  Des innovations (pour sonner une révolution aussi?)  apporteront une plus grande ouverture sur ce festival qui s’est imposé en tant que tradition incontournable dans la sphère cinématographique africaine. Je me demande si je ne vais pas programmer un voyage vers le Nord les jours à venir… En attendant le lancement, la liste des 20 longs métrages en lice pour le prestigieux trophée de l’Étalon d’or de Yennenga, ont été dévoilés le 15 janvier dernier. C’était à l’occasion d’une conférence de presse à la Cinémathèque française de Paris.
Sur les 720 films reçus, la Délégation générale du Fespaco dirigée par Ardiouma Soma en a sélectionné 134. C’est dire l’intérêt que suscite ce festival. Pour cette 24ème édition (quand même…), le plus grand festival panafricain du cinéma et de la télévision ouvre sa compétition pour l’Étalon d’or à la diaspora africaine et aux films tournés en numérique. Un innovation de taille. La révolution est donc bien là pour cette édition qui aura refusé de souffrir des événements récemment au Burkina Faso.
Timbuktu, un des favoris à ce festival, est un Plaidoyer contre l’islam extrémiste des djihadistes.
Voici la liste des nominés dans les différentes catégories:
Compétition long-métrage :
– Avant le printemps d’Ahmed Attef (EGY),
– C’est eux les chiens d’Hicham Lasri (MAR),
– Cellule 512 de Missa Hebié (BF),
– Des étoiles de Dyana Gaye (SEN),
– Entre le marteau et l’enclume d’Amog Lemra (CON),
– Esclave et courtisane de Christian Lara (GUA),
– Lalla Fadhma N’Soumer de Belkacem Hadjadj (ALG),
– Fièvres de Hicham Ayouch (MAR),
– Four Corners de Ian Gabriel (ZA),
– Haïti Bride de Robert Yao Ramesar (Trinidad-et-Tobago),
– J’ai 50 ans de Djamel Azzizi (ALG),
– L’œil du cyclone de Salif Traoré (BF),
– Morbayassa de Cheik Camara (GUI),
– O Espinho da Rosa de Filipe Henriques (Guinée Bissau),
– Price of love de Hermon Hailay (ETH),
– Printemps tunisien de Raja Amari (TUN),
– Rapt à Bamako de Cheik Omar Sissoko (MAL),
– Render to Cesar de Desmonde Ovbiagele Onyekachi Ejim (NIG),
– Run de Philippe Lacôte (CIV),
– Timbuktu d’Abderrahmane Sissako (MAUR).
« Cinq boîtes de lait » de l’ivoirienne Siam Marley nominé dans la catégorie MEILLEUR COURT-MÉTRAGE.
Compétition court-métrage :
– A cœur ouvert d’Ayekoro Kossou (BEN)
– Aïssa’s Story d’Essien Iquo (NGR)
– Ashley d’Ibrahim Ibra Kwizeka (BUR)
– Chambre noire d’Oumar Niguizié Sinenta (MAL)
– Cinq boîtes de lait de Siam Marley (CIV)
– Coming Home de Marinda stein (NAM)
– Damaru d’Agbor Obed Agbor (CAM)
– De l’eau et du sang d’Abdelilah Eljaouhary (MAR)
– Derniers recours de Mahi Bena (ALG)
– L’alliance de Rahmatou Keïta (NIG)
– Kamelo de Jean-Claude Bourjolly (HAI)
– Kwaku Ananse d’Akosua Adoma Owusu (GHA)
– La Boucle de Didier Cheneau (REU)
– La dot de Tahirou Tasséré Ouédraogo (BF)
– Les avales du Grand Bleu de Kossivi Tchincoun (TOG)
– Madama Esther de Luck Razanajaona (MAD)
– Malika et la sorcière de Boureima Nabaloum (BF)
– Moane Mory de Pacôme Amédée Nkoulou Allogo (GAB)
– Muruna de Moly Kane (SEN)
– Soeur Oyo de Monique Mbeka Phoba (RDC)
– Twaaga de Cédric Ido (BF)
– Zakaria de Leyla Bouzid (TUN)
ASNI: Courage, Passion & Glamor in Ethiopia
Compétition documentaire :
– 10949 femmes de Nassima Guessoum (ALG)
– Ady Gasy de Nanteneina Lova (MAD)
– Asni : Courage, passion and glamor in Ethiopia de Samuel Rachel (ETH)
– Beats of the Antonov de Hajooj Kuka (SUD)
– Devoir de mémoire de Mamadou Cissé (MAL)
– Egypt’s Modern Pharaons de Jihan El-Tahri (EGY)
– Esklavaj Reparasyon de Jean-Luc Sylvain et Michel Miheaye (TOG)
– Intore, entre la danse et l’art de la guerre de Aristide Muco et Aristide Katihabwa (BUR)
– Koukan Kourcia, les médiatrices de Sani Magori (NIG)
– La sirène de Faso Fani de Michel K. Zongo (BF)
– La souffrance est une école de sagesse d’Ariane Astrid Atodji (CAM)
– Le chant des tortues de Jawad Rhalib (MAR)
– Mantuila, un fou de la guitare de Michée Sunzu Tshimanga (RDC)
– Miners Shot Down de Desai Rehad (RSA)
– Momsarew d’Alassane Diagne (SEN)
– Paths To Freedom de Richard Pakleppa (NAM)
– Sur les chemins de la Rumba de David-Pierre Fila (CAM)
– Sur un air de révolte de Franck Salin (GUA)
– Tango Negro, les racines africaines du tango de Dom Pedro (ANG)
– Victorieux ou morts mais jamais prisonniers de Mario L. Delatour (HAI)
Les chroniques africaines de Marie Christine Zmon
Compétition série TV :
– « Eh les hommes ! Eh les femmes ! » de Woye Apolline Traore (BF)
– Chroniques africaines de Marie-Christine Zmon (CIV)
– Coeurs errants de Sorel Agbodemakou (BEN)
– Courses pour la vie de Francis Zossou et Tiburce Bocovo (BEN)
– Dougouba Sigui de Boubacar Sidibe (MAL)
– Du jour au lendemain d’Adama Roamba (BF)
– La belle-mère d’Ebenezer Kepombia (CAM)
– Lex Nostra de Gérard Désiré Nguele Amougou (CAM)
– Tôt ou tard de S. Bernard Yameogo (BF)
 
Compétition film des écoles :
– ABC, Abloni bien choisi de Tchilalo Bebi Solo (ESEC, Togo)
– Croix d’Agadez d’Amadou Dénis Paraiso Roufay Charifatou (IFTIC, Niger)
– Délestage électrique de Karim Koné (Brico Films Formation, Mali)
– Dinan de Senami Kpetehogbe (Isma, BEN)
– Elise de Saho Venance Simon Zoh (ISMA, Bénin)
– Et si Dieu avait tort de Palyikem Kpatchaa (Esec, Togo)
– Je danse, donc je suis d’Aissata Ouarma (ISIS, Burkina Faso)
– Kadi (Lanterne) de Lawrence Agbetsise (Nafti, Ghana)
– Kanko l’Ixelloise de Boubacar Sangaré (ISIS, Burkina Faso)
– Karité, mane des savanes d’Abossi Abenan Felicia Kouakou (ISACOM, Côte d’Ivoire)
– Liberté emprisonnée de Sara Mikayil (ESAV, Maroc)
– Sagar de Pape Abdoulaye Seck (ESAV, Maroc)
– Stigmate d’une prêtresse de Prince Kong A. Maneng (ISMA, Bénin)
– Le voyageur de Peter Sedufia (NAFTI, Ghana) – Wakman de Sékou Oumar Sidibé (ISIS, Burkina Faso)

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *