Son actualité est le lancement d’une campagne de crowdfounding démarrée avec succès.  Diane Audrey Ngako est un nom bien connu du web africain. Active et dynamique sur la toile, son partage est l’Afrique. Cette Afrique touristique, chaleureuse, riche, Diane la met en avant. Elle en est d’ailleurs elle même l’illustration. Cette citoyenne du monde est à l’origine de la plateforme collaborative  visiter l’Afrique. Elle a bien voulu partager avec nous sa passion.
 

Qui est Audrey Diane Ngako ?
Jeune Camerounaise basée à Paris de 23 ans. Je suis la Social Media Éditrice du Monde Afrique. Je m’occupe de notre image sur internet notamment sur les réseaux sociaux, la ligne éditoriale. À Côté j’écris des articles qui sont axés sur la culture, sur la diaspora, les entrepreneurs.
Comment vous est venue l’idée de créer Visiter l’Afrique ?
Pour moi, l’Afrique est surtout représentée par des non-Africains et via les médias. Ils nous vendent toujours une Afrique misérabiliste, où seuls famine, guerres et autres conflits règnent. Je voulais créer une plateforme qui mettrait en avant l’autre facette de l’Afrique sans nier ses réalités. Visiter l’Afrique veut montrer une Afrique sans filtres.
Était-ce un blog au départ ou avez-vous commencé directement avec un nom de domaine personnalisé ?
J’ai commencé directement avec un nom de domaine personnalisé.
Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées depuis la création et comment les avez-vous surmontées ?
Je n’en ai pas connu ! J’avais préparé mon lancement en demandant à ma communauté sur Instagram et Facebook de participer au site. Je pense qu’au début les gens ne savaient pas trop où je voulais aller. Quelle idée avais-je encore voulu lancer ? J’ai donc commencé seule avec un ami Boris qui m’a aidée à créer la plateforme. Il a fallu trois mois environ pour que Jessica nous rejoigne puis Syra et Édith. Depuis nous, travaillons ensemble pour développer le site. Dans l’équipe vous avez aussi Alphée basé à Toulouse qui s’occupe de la rubrique dédiée aux habitants vivant sur le continent.

Le Marché de Koumassi, Abidjan (Jessica Sagou)
 
Comment est-ce que les choses fonctionnent avec les contributeurs ?
C’est assez simple, ils nous envoient simplement via notre adresse e-mail (contact@visiterlafrique.com) leurs articles et leurs photos s’ils en ont. Dans le cas contraire, nous pouvons chercher des photos adaptées à leurs articles. Nous ne modifions pas le contenu sauf fautes d’orthographe afin que la lecture soit agréable pour le lecteur.

Goumane à Djibouti
 
Est-ce qu’on peut dire que ce sont les contributeurs qui font une grande partie du contenu de visiter l’Afrique ? Les contributeurs sont les personnes centrales de notre site. Ce sont eux qui produisent la valeur ajoutée de Visiter l’Afrique.

Velma Rossa et Papa Petit, Nairobi
 
Le contenu de vos articles est beaucoup axé sur les photographies, est-ce dire que les images en disent plus que les mots ou est-ce plus simple pour les contributeurs ?
« Une image vaut mille mots », disait le visionnaire Confucius. Vous savez, donner une nouvelle image de l’Afrique est un travail difficile dans notre monde, mais avec nos contributeurs, leurs histoires, leurs photographies et commentaires tout devient plus simple. Dans le tourisme, la photo à un rôle primordial, elle sert à faire rêver, inspirer, mais permet aussi d’informer les touristes. Elle peut donner envie de choisir une destination. C’est ce que j’ai remarqué en lisant les commentaires de notre communauté. La photo sert donc à séduire et à rassurer.
Quels sont les principaux lecteurs (consultants) de votre site ?
56 % de nos visiteurs sont des hommes et 44 % des femmes. Nos lecteurs sont principalement basés en France, en Côte d’Ivoire, Canada, États-Unis et Belgique.   Pensez-vous leur apporter un plus avec votre site ? YES !
Les pêcheurs du Bénin par Jessica Villaume
Qu’est-ce que vous avez appris depuis que vous avez créé Visiter l’Afrique ?
Certainement qu’il y a plusieurs Afrique, mais pas une Afrique. Lorsque j’ai lancé ce projet, je ne savais pas qu’il prendrait autant d’ampleur comme quoi un petit pas en avant peut être le début d’un long voyage. Aujourd’hui, j’ai une équipe géniale de 5 personnes avec qui je résous des problèmes, j’apprends des leçons et surtout avec qui j’acquiers de l’expérience.
Qu’est-ce que cela vous a apporté ?
Aujourd’hui lorsque je voyage, je prête plus attention à mon environnement. Je pense à notre communauté, à ce qu’elle recherche, souhaite lire. En voyageant, je me suis surtout rendu compte que la plus grande richesse de notre continent est son peuple. C’est pour cette raison que nous mettons l’humain au cœur de notre communication.
Parmi les pays que vous avez visités, quels sont ceux qui vous ont le plus marqués ?
Chaque pays a sa spécificité et son identité. J’ai adoré Ouidah au Bénin. Lorsque vous arrivez dans cette ville, vous êtes directement transportés. J’ai adoré découvrir les architectures coloniales cependant Ouidah reste une ville sous exploitée sur le plan touristique. J’ai adoré Nairobi et ses contrastes. Au cœur de la capitale kenyane, vous pouvez voir un grand building et à côté un parc national où vous trouverez des lions, girafes.  Je dois tout de même avouer que ce qui m’a vraiment marqué à Nairobi ce sont les embouteillages. Vous pouvez faire 60 km en 3 heures.
 
Egypte
 
Avez-vous un top 5 des pays africains à visiter absolument ?
Tous ! Mais je souhaiterais visiter l’Ouganda pour découvrir la culture musicale du pays, Zanzibar et ses plages magnifiques, l’Éthiopie pour son côté authentique, Dakar pour son énergie culturelle et le Rwanda pour ses paysages.
Des projets en perspectives concernant votre site ?
Nous venons de lancer une campagne de Crowdfunding sur le site Kiss Kiss Bank Bank, car nous ambitionnons de franchir une nouvelle étape dans cette aventure afin de redynamiser la plateforme en y créant divers canaux médiatiques :
  — Développer la plateforme numérique en français et en anglais, afin d’avoir un rayonnement international
— Créer un réseau d’ambassadeurs basés sur le continent. Leur rôle sera de parcourir les villes et villages en Afrique à la recherche de lieux atypiques et de partager leurs trouvailles avec notre communauté grâce à un appareil photo et/ou un smartphone qu’ils recevront de « Visiter l’Afrique »
— Concevoir un magazine en ligne (en français et en anglais) dédié au voyage et à la culture en Afrique
— Produire une web tv sur laquelle seront diffusés des interviews et reportages
— Organiser des événements culturels en France et sur le continent africain.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent suivre vos traces ?
Je leur conseillerai d’être assez fous pour réaliser leurs rêves. Moi j’ai pris le pari d’être assez folle pour oser, inventer l’avenir de l’Afrique.  
 
Aida Bamba.
 

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *