C’était au mois de mai, tout le mois de mai. La représentation théâtrale de Gaou’s Story se déroulait du Mercredi au Dimanche dans l’enceinte du Music’All en Zone 4 à Abidjan. Déjà le nom donné à la pièce m’amusait assez. Je soupçonnais une comédie abidjanaise des temps modernes. En effet le terme « Gaou » est foncièrement ivoirien. Il appartient au langage nouchi qui est l’identité abidjanaise et fait référence à une personne paumée, carrément à côté de la plaque, carrément en retard.
Ainsi le mercredi 12 mai j’assistais à une des représentations. J’eus un coup de cœur avant même que le spectacle ne débute. C’était le décor: L’ambiance de maquis recréée pour la circonstance, ces maquis des années 80 avec leurs longues tables couvertes de pagne, un menu d’Alloco* aux brochettes de viandes, et la scène contrastant avec la lumière tamisée.
Du 19 au 24 Octobre, du grand spectacle, de l’original.
Mais allons au fond de la chose:
L’histoire. « Une bande d’amis, nouveaux riches, se retrouvent pour des soirées particulières dans le seul but de se moquer de leurs invités qui doivent leurs places grâce à leurs passions mais surtout leur propension à ne parler que de cela ! Ce vendredi-là, Franky KITIRE (Initiateur de ces soirées immorales) fait une chute terrible qui l’immobilise l’empêchant ainsi de se rendre à son rdv !Il recevra donc son convive chez lui afin de le tester : Une mise en bouche croustillante au grand désarroi de son épouse qui lasse de supporter ce comportement malsain, décide de le quitter. « Tel est pris qui croyait prendre » »
La représentation. J’appréhendais des textes lourds et longs, avec un humour trop élaboré. Et puis j’ai eu un Oualas au sommet de son art, cœur même de la pièce, enchaînant les répliques d’anthologie; un Beugré Djep blasé, pris à son propre jeu, jouant avec maestria un riche hautain et dépassé par les situations cocasses qui meublent la pièce. Son épouse jouée par Nathalie Coppeti s’avère être le personnage le plus lucide de l’ histoire. En tout cas pendant un moment… Mais j’arrête! Je commence à avoir envie d’en dire trop. Gaou’s story a aussi cet ingrédient qu’est la surprise. Je ne souhaite pas vous enlever ce sentiment.
Abass Zein de Azen PROD.
Abass Zein a écrit une histoire originale en s’inspirant du film culte « Le dîner de cons ». Le succès de Gaou’s Story est particulièrement dû à la maîtrise de la mise en scène et au dialogue des cultures qui lui sont chers. Il allie aussi bien l’aventure humaine avec le partage et le bonheur d’être ensemble ! Pour ceux qui ont connu Charwama’s Story et Garba’s Story, autres pièces à succès de l’homme, il n’y a pas à douter de la qualité de Gaou’s Story. Mais vous aurez l’occasion de juger de tout ce que je dis. 
Le théâtre qui réconcilie les cultures.
Eh oui! Gaou’s story revient! Ce sera du 19 au 24 Octobre dans la salle de cinéma PRIMAVERA à partir de 20H30.  Cette fois-ci ce sera le format grand théâtre, le classique et le beau. L’idée est de permettre à ceux qui n’ont pas pu voir la pièce en format plus intimiste, de se rattraper. Ceux comme moi qui l’ont déjà expérimenté pourront y retourner pour profiter d’un spectacle format solennel, d’un loisir qui n’est plus courant de nos jours, d’une expérience à toujours renouveler.
* Morceaux de bananes plantains frits.
 

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *