Akwaba
J’ai découvert la Case des Arts le mardi 22 mars 2016. J’avais l’habitude de voir la villa rouge habillée de fresques en passant dans cette rue de cocody. Il aura fallu la sixième édition du « Choréo’s Apero » pour que je me décide à passer le portail. En prélude donc à la rencontre sur le thème « Cent ans d’histoires, Bernard Dadié » prévu pour le jeudi 31 mars à partir de 20H j’ai rencontré la propriétaire, Madame Denise Kacou. Mais je ne vous parlerai pas d’elle. D’ailleurs elle ne souhaite pas (ou du moins plus) être mise en avant.
Il y a tant de chose à dire sur nos activités que je ne vois pas l’intérêt de s’attarder sur une individualité.
La Case des Arts est en effet une hyperactive ! En dehors des rencontres à thèmes, elle propose une diversité d’activités. Créée en 2008, elle a vu passer grand nombre de professionnels de la danse, du théâtre, des Arts plastiques, et de la littérature. Entre cours de musique, de danse, et sculpture et de peinture, il y a du choix.
Le jeudi 31 mars, la littérature en complicité avec l’histoire animeront deux heures d’une soirée où partout dans l’espace, à travers chaque slam, chaque déclamation, chaque sonorités musicales… on ressentira du BERNARD DADIE, son histoire et notre histoire.
la petite cantine pour enfants
 
Prétexte est pris du Centenaire d’un immense homme de lettres,Bernard Dadié, afin de re-visiter nos histoires à travers son Histoire à lui qui se confond bien souvent avec l’histoire de la Côte d’Ivoire
Denise a les yeux qui brillent en évoquant les textes de Bernard Dadié. Sa lecture un brin solennelle et fière du poème « Je vous remercie mon Dieu » me touche. La poésie de « Climbié » était militante et insolente aux yeux de son époque. 
« Je vous remercie mon Dieu de m’avoir créé NoirLe blanc est une couleur de circonstanceLe noir, la couleur de tous les joursEt je porte le Monde depuis l’aube des tempsEt mon rire sur le Monde, dans la nuit, crée le Jour »
Pour cette sixième édition des rencontres de ce type, un éclairage particulier sur l’importance de la Route comme outil du développement dans le travail de Bernard Dadié, sera proposé. La compagnie Yrouflè,et des artistes comédiens et slameur tels que Patrick Koutouan ou BeeJo prêteront leur sensibilité.
l’apero est offert et l’entrée payante (7000 Francs CFA). La case des Arts fonctionne sur fond propre depuis huit années grâce à la force et la persévérance d’une professeure d’anglais à l’Insaac*. Au delà de sa destination qui est d’insuffler la connaissance de notre histoire et de notre culture à la jeune génération, elle offre un cadre d’expression aux artistes, un lieu de rencontre pour amateurs et professionnelles.
Choréo’s 6
D’ailleurs en voyant l’heure de la soirée du jeudi 31 mars, j’y ai vu une suggestion: Venir en famille. De 18H à 20H, on a là un moment propice où parents et enfants sont disponibles pour partager une expérience de qualité ensemble.
En attendant, après ma visite de ce mardi, la modestie et le charme de la case des Arts m’ont donné des envies de m’y réfugier les jours de répit où l’on peut élever son esprit et se redécouvrir. Cours de guitare, de balafons, de Koras, de danse ? J’hésite encore…
salle de danse
*Institut National supérieur des Arts et de l’Action Culturelle

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *