Honnêtement, c’est le titre de cet article qui m’est venu d’emblée. Je l’ai sorti de bouche et l’ai tout de suite trouvé bien. J’ai donc entrepris écrire sur le noir.
FATIM, mon amie.
Cependant, trouver la première phrase qui commencerait cet article, n’a pas été évident. Vous convenez avec moi que le noir revêt un sens large. Fallait il faire du classique, et partir du général pour arriver au spécifique, c’est à dire ce qui nous intéresse précisément? Ce serait plus simple non?
Alors voilà, parfois parce qu’il faut faire simple pour parler de choses, avouons le, importantes, j’ai décidé de commencer para ce qui nous intéresse: Le noir, en tant que couleur de peau.
Le teint noir est une couleur de peau propre aux africains ou afro-descendants.
Emmanuelle, ma petite soeur
Il est à l’opposé de la peau blanche, se rapprochant du ton noir, sans pour autant lui être similaire. On peut aussi parler de teint foncé. Si certains ont naturellement le teint café au lait ou clair, d’autres sont plus foncés, noirs.
Aujourd’hui, ces « personnes noires » ont développé un complexe tenant à leur pigmentation,pour des raisons que je supposerais plus loin. Du coup, dans notre communauté, la dépigmentation est devenue une vraie pandémie. D’abord reconnue aux femmes noires, cette pratique s’est étendue aux hommes.
Ainsi, grâce à des produits, que je suggérerais qu’il soient taxés au même titre que la cigarette, on change de peau comme on change de couleur de cheveux. Avec le temps les techniques de décoloration « s’améliorent ». Les maisons de beauté élaborent des produits éclaircissant « pour rendre plus beaux » les plus complexés.
Faut il leur en vouloir dans l’absolu? A observer notre quotidien, les personnes claires sont plus remarquées, plus appréciées. D’ailleurs, certains s’autorisent à dire que  les plus clairs de peau, on le teint propre. C’est un point de vue!
Merci à Marie-ève, mannequin
Le fait est que le naturellement noir, en se « nettoyant le teint », s’expose à des effets secondaires irréversibles, au bout d’un moment. En Afrique, les crèmes pour éclaircir la peau, connaissent un essor inquiétant. On veut avoir le teint de Béyoncé ou de Rihanna, qui, si elles se retouchent un peu (ou beaucoup) la peau, ont  les moyens de se faire suivre par des médecins, ou de s’acheter des produits d’une certaine qualité, quoique ça ne les excuse en rien.
Pourquoi ce rejet du teint noir?Car ce phénomène à des racines profondes. On pourrait aller des années en arrière pour l’expliquer. Esclavage, puis ségrégation, puis racisme et discrimination…Préjugés tenant à cette malheureuse assimilation du ton noir qui exprime l’obscurité, la malheur, le
mystique, à la couleur de peau qui n’a absolument rien à y voir…
Mously, ma tata
Et pourtant, le noir est beau.
Senghor louait le teint  noir ébène; « Femme noire, vêtue de ta couleur qui est vie…Femme obscure, sombre extase du vin noir ». Il communiquait là, la culture de l’amour propre, de l’identité. En restant noirs, vous n’êtes pas que naturels, vous êtes beaux. Vous voulez dépenser en produits de beauté pour avoir un teint plus attrayants? Vous pouvez sans pour autant muer comme un serpent, parce que de toutes les façons, comme lui, vous garderez votre nature. La seule différence est que votre corps subira des dommages. Il existe des produits pour peau noir, pour la clarifier, l’unifier.
Pour certifier de la beauté, mais surtout de la pureté du teint noir, je peux vous diriger vers Habiba Dembélé et  Marième touré, journalistes ivoiriennes, Coumba Gawlo, artiste sénégalaise, King Mensah, Meiway, ou Faada Freddy artistes togolais, ivoirien et sénégalais. Et même aux Etats Unis, vous avez Brandy, Kelly Rowland ou même P.Diddy, et des années en arrière Nina Simone.
Aujourd’hui, chez la gente féminine surtout, la peau noire est rare. J’en ai vu certaines si noires, si brillantes, si belles, qui au fil des jours se sont décolorées,
Meiway, artiste ivoirien
ont vendu leur âme au diable de la beauté made in ignorance.
La photocopie ne vaut pas l’original.
Pour cet article, j’ai tenu à utiliser des illustrations de mon entourage, ces personnes que j’ai rencontrées, et qui encore aujourd’hui sont admirables par cette façon qu’elles ont d’assumer leur teint noir. Mais pourquoi dire « assumer ». Je me reprends: …Par cette façon qu’elles ont de CÉLÉBRER leur teint carbone, luisant, respirant le mystère et la profondeur.
Enfin, je dois reconnaître que les choses évoluent, timidement peut être, mais quand même. Au Sénégal  une campagne de sensibilisation « NUUL
Faada Fredy, artiste sénégalais
KUKK » a été lancée pour stopper la dépigmentation grimpante dans le pays. Il y a également de plus en plus d’articles, d’émissions qui accordent de l’intérêt à la question. Les hommes sont plus en admiration devant la femme noire. Dans certains pays, le Congo par exemple, on note une certaine tendance chez les hommes, à se dépigmenter avec les femmes. Mais ça va changer. Il est vrai que l’exercice reste personnel. Mais parce notre environnement peut nous influencer, impulser la tendance au naturel, serait un réel apport. Éduquer, sensibiliser, ne serait pas de trop.

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *