C’est ma soeur, mais je ne connais pas son nom. Je l’ai rencontrée ce jeudi après midi, le 5 juin. Il me fallait un certificat de résidence et sous une fine pluie je ruminais ma rage de devoir me soumettre aux démarches administratives (Je déteste!).
En tout cas, ma soeur m’a remis mon certificat.
Ma soeur est agent de police. Je l’ai rencontrée dans un commissariat à Treichville. Je ne préciserai pas l’arrondissement. Ce soir je suis parano. Je ne sais pas quelle tournure pourrait prendre mon histoire. J’éviterai donc de donner trop de détails, quoique ça ne m’avance pas beaucoup de jouer la discrétion si je dois inévitablement souligner que ma soeur est Adjoukrou, Adjoukrou de Orbaf comme moi. Pour ceux qui ne sont pas de la Côte d’Ivoire mon pays, Les Adjoukrou représentent un groupe ethnique lagunaire. Nous avons la réputation des beaux patronymes et d’un dialecte original et agréablement étudié. Je ne ferai aucun commentaire à ce sujet (rires.).
Ma soeur m’a donc reçue dès que je suis entrée dans le bureau qu’elle partage avec trois collègues. Tout de suite m’a t-elle identifiée quand je lui ai présenté ma carte d’identité. « Tu es ma soeur. On vient du même village ». Ouf! Je n’ai pas honte de le dire, je suis ravie. A Abidjan, en Côte d’ivoire, ce genre de liens joue beaucoup dans l’issue d’une affaire quelconque. Mais bon de toutes façons, établir un certificat de résidence c’est simple (A priori). Elle me demande si je parle couramment mon ethnie. J’ai honte quand je dis non. Elle me taquine et me demande si j’ai effectué ma fête traditionnelle avant de se pencher sur l’objet de ma présence au commissariat.
Ma soeur, la policière me pose quelques questions auquelles je réponds automatiquement à la suite, comme si c’était « ma dernière chance ». J’ai hâte d’en finir. Quelques minutes plus tard j’ai mon certificat avec une belle erreur à la date de naissance. Le temps qu’elle finissent de constater une autre erreur sur le nom de celui qui me précède,  et elle revisite mon jour de naissance à la lame, ainsi de suite. En attendant on polémique sur la prestation des éléphants footbaleurs à quelques jours du mondial. Je peux maintenant partir. Ma soeur a fini. J’en oublie même qu’il faut payer le timbre. 1000 francs Cfa. Je suis trop soulagée.  Elle me rappelle à l’ordre: « Fais toi enregistrer à côté et viens payer 1500 francs. »
  UNION – DISCIPLINE – TRAVAIL !!

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *