Fondation Donwahi, Abidjan, 12H45, heure de la pause.
« Où est Orphelie ? Orphelie ? »
Je rigole en sortant la tête. L’interpellation se prête bien au contexte. Mes collègues et moi, sommes venus visiter l’exposition de Bili Bidjocka à la Fondation Donwahi. Le nom : « Where is Bili ».
L’exposition dure du 24 septembre au 24 décembre
Je les ai devancés à l’intérieur et la disposition des murs donne des envies de cache-cache par ci par là.  L’ambiance du jour diffère des soirées chaudes de vernissage. C’est calme. Nous remarquons en premier des couverts alignés. Coupes et assiettes avec des menus faits de kaolin ou de cailloux. Treize couverts, chacun avec un titre. L’un, « l’humilité », l’autre « le lépreux ». Tout de suite nous nous lançons dans un décryptage. Est ce une référence aux treize apôtres ? Mais que veut donc exprimer l’artiste ? Il est absent. Dommage pour nous, mais je compte bien revenir.
Installations – Bibli Bidjocka. Quand on voit cette installation, puis la boîte noire plus bas, ça fait tilt ! dans la tête.
L’exploration se poursuit.
Des tableaux aux installations, Bili Bidjocka a un faible évident pour les perles et l’argile. Il les jette, les pose, les utilise pour écrire ou pour dessiner. D’une pièce à une autre, d’une oeuvre à une autre s’installe cette atmosphère lourde de silence. Elle est accentuée par les écritures sur les murs, ces écritures qui ont l’effet de murmures. Certains d’entre nous ressentent de l’angoisse, une sensation d’être suivi, écouté, une sensation que quelqu’un apparaîtra. On joue même à se faire peur.
D’une pièce à une autre, d’une oeuvre à une autre s’installe cette atmosphère lourde de silence. Elle est accentuée par les écritures sur les murs, ces écritures qui ont l’effet de murmures.
L’angoisse. Un terme utilisé par Simon Njami, Directeur Artistique de la Fondation Donwahi quand il parle du travail de Bili Bidjocka.
L’absence a ceci de déterminant qu’elle est d’abord angoisse : où est-il passé ? Lui est-il arrivé quelque chose ?
On passe de l’émerveillement devant un tableau, à l’interrogation devant une sandale suspendu par un fil et titré  » Le philosophe à Camisole ». Et il y a toujours une découverte, une oeuvre cachée dans une oeuvre, absorbée par une installation, comme le collage de minuscules photographies dans les recoins de plafond. Il faut être très attentif pour ne rien rater. Je ne suis d’ailleurs pas sûre d’avoir tout vu.
Alors mes coups de cœur ! les tableaux et La fameuse boîte noire. Quand vous croirez avoir fait le tour de l’exposition, elle vous stoppera net à la sortie. Un rideau de perles assemblées sur des fils, de sorte à vous donner un super effet d’optique grâce à la projection de la lumière. l’artiste.
Dans la boîte noire.
Si l’utilisation des perles rappellent un certain Hervé Yamguem qui a d’ailleurs déjà exposé à la Fondation Donwahi, la technique et le support sont différents. J’ai également été épatée par la rédaction de texte sur les baies vitrées de la Fondation à partir de l’argile, avec une maîtrise de l’effet miroir. Vu comme ça on se dit que c’est facile, mais essayez quand vous serez sur place, d’écrire votre nom sur la baie vitrée de sortie. Vous comprendrez. Pressés par le temps et nos responsabilités, nous avons dû partis avec quelques questions, non sans être accordés sur l’originalité du travail de l’artiste.
L’écriture avec l’argile sur les baies vitrées m’a épatée.
L’ARTISTE :
Le peintre camerounais Bili Bidjocka naît à Douala. Il vit et travaille à Paris, où après la danse et le théâtre, il s’inscrit à l’école des Beaux-Arts. Il considère, depuis quelques années maintenant, l’art comme une énigme. Les réponses que lui ont apporté ses professeurs aux Beaux-Arts, ces certitudes que l’on grave dans l’esprit des étudiants, se sont depuis longtemps révélées insuffisantes. Sa confrontation aux lois du marché, à l’histoire et à sa propre africanité ont été autant d’éléments qui l’ont contraint à revoir avec un oeil neuf les notions de l’art.
 
N.O.I.R.#1, Bili Bidjocka, 2013technique mixte et perles de rocaille sur toile, 194 x 222 cm

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *