L’Institut Français de Côte d’Ivoire, très actif dans la promotion de l’Art, recevait entre ses murs une pièce le Samedi 06 mai à 19 heures une adaptation de la pièce « Les Bonnes » de Jean Genet, mise en scène par Souleymane Sow. C’est la Compagnie “Dumanle” qui s’est prêtée à l’exercice. “Les bonnes” relate l’histoire de deux servantes (Solange et Claire) qui cogitent sur la manière la plus adéquate et la plus efficace de tuer leur patronne (Madame) en revisitant tous les scénarios possibles. Toutes les idées y passent : empoisonnement, étranglement, etc. Humour et un jeu remarquable sur scène.

Par Charles Levy

Deux deux jeunes femmes se sont appropriées la scène ce soir là. Chants, danses, percussions, elle font tout et avec maîtrise. Plus encore que la pièce en elle même, ce sont elles qui ont marqué par leur harmonie, conséquence naturelle d’une complicité certaine. Et le public n’est naturellement pas resté insensible face à une telle performance. Deux comédiennes qui occupent excellemment la scène et porte toute une trame et un suspens sur leurs épaules. Les spectateurs cachaient mal leur envie presque coupable de voir la « fameuse Madame » afin de savoir comment le meurtre serait mis à exécution.

Une heure à les regarder comploter pour ensuite constater que le spectacle est achevé. « Déjà » a t-on pu entendre. La représentation était si immersive qu’on n’a pas vu le temps passer. Bien qu’il restera une certaine sensation de plaisir inachevé, la pièce “Les bonnes” aura rencontré un accueil chaleureux vu la standing ovation après l’heure passée. « Les Bonnes », A l’image de « Si tu sors, je sors[1] », se meut dans l’air du temps et soutient la pertinence de la programmation de l’Institut Français. Si vous n’avez pas pu assister à cette représentation, c’est peut-être l’occasion de vous plonger dans la lecture de l’œuvre de Jean Genet et de rester connectés pour les prochaines programmations de l’Institut Français.

[1] Présenté le 23 mars à l’Institut Français de Côte d’Ivoire, « Si tu sors, je sors » est une pièce de Gustave Akakpo et Marc Agbedjidji qui parle de l’histoire des wax et des Nana Benz du Togo. Pour en savoir plus lire : http://www.thesocialface.com/interview-7-marc-agbedjidji-2/

 

Categories: Arts scéniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *