Oser, rêver, collaborer, créer, innover. THE BOX est un cas d’école qui illustre chacun de ces infinitifs. Penser ensemble un projet pour tous.

L’expérience toute nouvelle de ce studio pourrait se résumer ainsi. Mais elle mérite qu’on creuse davantage pour comprendre l’idée, les défis qu’elle pose, et la démarche pour lui donner vie et pérennité. THE BOX a fait son lancement en Août 2017 avec une exposition de ses créateurs. Un mois plus tard, nous les avons retrouvés dans leurs locaux au troisième étage d’un immeuble à la Riviera Attoban (Abidjan).

Sur sept, quatre sont présents. Dur de faire coïncider les plannings. C’est dans la pièce de shooting que s’engage la conversation que nous vous rapportons ici…

Par Manuella Wonseu et Orphelie Thalmas

« À The box, nous voulons montrer aux autres qu’il est désormais possible pour eux d’explorer et de faire éclore leur créativité. » Charles Levy.

À l’origine, sept hommes, sept visions différentes les unes des autres, mais une même passion, LA CREATIVITE.

Charles Levy, Franck Bayé, Amos David Ezin, Gilbert Kouamé, Stéphane Kouakou, Hug Tiadji et Pacôme Tety, sont les personnes qui se cachent derrière « The Box, le premier studio collaboratif de Côte d’Ivoire ».

c) Pacôme Tety. L’exposition intégrale est en cours en page d’accueil de Culturiche.

‘’LE STUDIO DE NOS REVES’’

« Nous sommes des photographes amateurs et un matin on a eu l’envie de faire des photos professionnelles et on s’est dit pourquoi ne pas ouvrir le studio de nos rêves. C’est ainsi que Stéphane nous a contactés, il nous a expliqué les choses et on a adhéré au projet. (…) The box est né du fait que l’on voulait à chaque fois faire plus de découverte dans le monde de la photographie » Franck Bayé.

Individuellement, ils savaient ce qu’ils voulaient, et leurs envies convergeant, la force des choses et la volonté a constitué une union. Ne dit-on pas que seul on va plus vite, et ensemble, plus loin ?

« On parlait d’avoir un espace où l’on pourrait réaliser nos travaux. Dès lors, on s’est mis en tête d’associer au projet des personnes que cela pourrait intéresser.» Gilbert Kouamé.

Lorsqu’on entame un voyage, on peut tous partir de la même gare. Par contre, il n’est pas sûr que l’on ait la même destination. Il arrive que certains s’arrêtent en chemin. Au départ, l’équipe de « The Box » était composée de neuf personnes. Puis chemin faisant, il n’en resta plus que sept.

«Quand on a commencé à faire les démarches, entreprendre les actions, chercher les fonds pour rendre réel le projet, certains sont partis, ne pouvant pas continuer avec nous. Nous nous sommes finalement retrouvés à sept. Chacun avec sa spécialité. » Gilbert Kouamé

c) Franck Bayé. L’exposition intégrale est en cours en page d’accueil de Culturiche.

UN ESPACE POUR TRAVAILLER LIBREMENT

« Nous voulons montrer qu’il est possible maintenant d’avoir un espace à moindre coût afin de pouvoir réaliser et créer. On veut tous faire quelque chose, mais il est difficile d’accomplir ces choses lorsqu’on n’a ni espace, ni matériel. The Box notre contribution dans le monde de la photographie en Côte d’ivoire. » Charles Levy.

The box, la boîte. Une boite dans laquelle toute personne peut venir piocher ou laisser quelque chose d’extraordinaire. Le principe tout simple : Offrir un studio équipé aux photographes et vidéastes qui en ont besoin, ce à des conditions souples.

« L’empreinte, la marque qu’on veut laisser aux autres, c’est que toute personne arrivant à The Box puisse se dire que tout est possible. Il faut simplifier les choses, pas besoin d’entamer un très gros processus. On essaie de rendre nos projets possibles et ceux des autres également. » Franck Bayé.

c) Stéphane Kouakou. L’exposition intégrale est en cours en page d’accueil de Culturiche.

‘’ON NE CHERCHE PAS A ETRE RICHES AVEC THE BOX ‘’

La recherche du profit n’est pas le premier dessein du studio. Sur la question, Stéphane Kouakou est clair.

« Il y’a une réflexion marketing derrière tout ce projet. Mais en premier lieu, la démarche est humaine. Car si elle ne l’était pas, les prix qu’on propose aux gens n’allaient pas être de cette tranche. On n’essaie pas d’être les gars les plus riches de la terre, mais d’avoir un espace qui sera profitable à un millier de personnes, un endroit où les gens, lorsqu’ils ont une idée, pourront faire émerger leur créativité ».

INSPIRER LA CRÉATIVITÉ

« C’est clair qu’ici sera petit pour tout ce qu’on a et qu’on prévoit faire. Le plus important, c’est de faire en sorte qu’on ait sur le marché ivoirien de nouvelles productions, de nouveaux contenus faits par des personnes d’ici, et au-delà de ça étendre la partie vidéo, car pour l’instant on est centré sur la photographie. Et aussi qui dit collaboration, dit qu’on va travailler sûrement sur des films, des séries, des documentaires, etc. La liste est assez longue et cinq ans c’est beaucoup. » Charles Levy.

c) Charles Levy. L’exposition intégrale est en cours en page d’accueil de Culturiche.

THE PLACE TO BE

A peine lancés, les initiateurs de THE BOX ont déjà de grands projets à long terme. Ils les visualisent parfaitement. Les ambitions sont grandes et la détermination que l’on ressent à leur annonce, assure de belles choses.

« The box dans cinq ans, c’est un grand espace, parce que celui-là sera trop petit. The box sera un espace ou les grosses productions viendront parce que c’est « The place to be » pour développer sa créativité et la partager au monde. » Franck Bayé.

« Ce que je vois dans cinq ans pour The Box, c’est ce qu’on peut apporter en côte d’ivoire en terme de contenu local, en image et en vidéo. Créer de véritables partenariats en Côte d’ivoire pour permettre aux gens de pouvoir produire du contenu de qualité sans débourser des sommes faramineuses. » Gilbert Kouamé.

c) Gilbert Kouamé. L’exposition intégrale est en cours en page d’accueil de Culturiche.

« La créativité est contagieuse, faites la tourner » Albert Einstein

« Dans trois à cinq ans, j’imagine qu’on a un studio de 100m² juste pour les productions audio, photo et vidéo. On a un espace de travail avec du beau monde, des graphistes, des monteurs, des blogueurs, qui sont là et qui auront des idées que seuls dans leurs coins ils n’auraient jamais eues. Un espace de 200 m² à 300m² où l’expo-photo recouvre tout l’espace, où les rêves se réalisent, où les idées se révèlent. Un endroit qui est le synonyme même de la créativité. Un endroit dans lequel tu te frottes à tellement de créativité qu’en en sortant tu deviens créatif. » Stéphane Kouakou.

L’exposition “THE BOX” est en cours sur CULTURICHE.

 

 

 

Categories: Arts visuels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *