Voix grave, débit fluide, posture assurée, Gnagna parle avec aisance. Elle maîtrise le sujet : Teranga Jam. Le projet a été mûrement réfléchi et prend enfin forme. Gnagna est la fondatrice de « Grande Ourse productions », la structure à son origine.

Par Orphelie Thalmas

Entre la promotion de la Culture et la communication des idées, la jeune femme a trouvé le parfait terrain de jeu, sinon de réflexion. Nous nous sommes rencontrées pour la première fois à Abidjan alors qu’elle apportait son expertise avisée à l’organisation d’un festival culturel.

Deux ans plus tard, en 2017, nous nous retrouvons dans le hall du Yaas Hôtel à Dakar. C’est l’occasion pour moi d’en savoir davantage sur Teranga Jam, le projet qui accapare discrètement tout son temps et son énergie depuis trois années.

Interview avec Gnagna Koné (à droite). Hall du Yaas hôtel, Dakar, 2017

Teranga Jam, un concept multiforme et une base profonde

Des ateliers, des spectacles, des conférences, Teranga Jam contient toutes ces activités. L’idée étant d’offrir un cadre d’échange autour de la culture, la diversité des méthodes contribue à atteindre cet objectif. Sa promotrice résume l’initiative en un programme qui consiste en un festival, un atelier de résidence de création, et une conférence qui se dérouleront sur trois jours, du 16 au 18 novembre 2017, dans la capitale sénégalaise.

Et si le chantier paraît énorme, il n’intimide pas le maître d’œuvre :

« Le projet de prime abord parait gros mais il ne l’est pas tant que ça. Par contre, sa base conceptuelle est ce qui est vaste. »

Quelle base ? La Teranga. Le terme renferme des valeurs culturelles fondamentalement sénégalaises, que sont l’ouverture, le partage et l’hospitalité. Gnagna assimile les préceptes de la Téranga au « soft power » de la diplomatie culturelle : le « massla » (l’art d’être diplomate), le « nakhanté » (l’art d’être conciliant), le « ndiekeu ak Téranga » (l’art de la bienséance et de la courtoisie).

« La Téranga est aux cœurs ce que la musique est aux mœurs. Elle adoucit. »

Ainsi « Grande Ourse » propose une initiative de diplomatie culturelle à travers la musique et les arts vivants.

Les Arts vivants sont à l’honneur avec un atelier de danse et un concert live. Ce choix peut trouver sa source dans le caractère fédérateur de ces expressions scéniques.

« Il faut qu’il y ait de la vie, des rires, des larmes de joie, de la chair-de-poule. C’est dans ces expressions humaines, qu’on se rend compte à quel point nous sommes tous les mêmes, différents mais fondamentalement égaux. »

Téranga Jam se présente comme un outil de promotion qui sert de cadre de diffusion pour des initiatives et créations pertinentes qui méritent d’être portées à l’attention d’un public plus larges. L’événement est aussi une excuse pour faire se rencontrer des projets et créations afin de produire des choses encore plus intéressantes, plus abouties.

« Nous fédérons différents acteurs, entrepreneurs et bonnes volontés selon ce qui les touche ou les intéresse autour d’actions, d’activités ou projets à la croisée de plusieurs secteurs, dans le but de créer un impact positif aussi modeste soit-il. »

Une vision ambitieuse mais lucide

Quand je lui demande où se situe l’innovation avec Téranga Jam, Gnagna est claire :

« En concevant Teranga Jam, je n’avais pas spécialement comme priorité le fait d’innover mais plutôt de mettre en place quelque chose, d’utile et de touchant, dans lequel beaucoup de gens pourraient se retrouver. »

Elle se lance d’un pas déterminé, mais a pris du recul avant. Cette consultante en communication et gestion de projets événementiels qui se définit avec beaucoup d’autodérision comme une « Affairée culturelle » est à la fois prudente et méthodique :

« Je pars toujours du principe qu’il faut d’abord faire, défaire, refaire avant de parler ensuite. (rires). »

Quoique la lucidité n’empêche pas d’avoir une vision grande, et de travailler à la cristalliser.

« Nous souhaitons davantage faire des choses bien même si c’est modeste par la taille. Après pour avoir le dos solide, nous sommes plutôt des « multitalents » aux jambes résistantes…Parce qu’il en faut pour courir après les gens et les objectifs.»

Nous. Gnagna ne souhaite pas faire tourner l’initiative autour de sa personne. Si la vision est la sienne, la forme qu’elle prend est collaborative. Les premiers collaborateurs et partenaires exécutifs sur Teranga Jam, partagent avec la promotrice, la même passion et le même intérêt pour le continent Africain. Et si le programme trouve sa base dans la Teranga telle que nous l’avons défini plus haut en tant que réceptacle des valeurs sénégalaises, il a inexorablement évolué en une expérience panafricaine.

« C’est un rendez-vous dans le charme sénégalais avec la créativité et les capacités à l’africaine. »

Teranga Jam Fest se tiendra sur la mythique place du souvenir du 16 au 18 novembre, avec une soirée Dj et des concerts live.

Categories: Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *