Jeudi 11 janvier 2018, il est 21 heures. Le peintre ivoirien Kouamé Youssef, 70 ans, lit son discours de bienvenue et de remerciements dans le cadre du vernissage de “Sankofa”, une série de tableaux présentée au Sofitel hôtel Ivoire jusqu’au 8 mars.

Nous vous parlerons de l’artiste à travers son exposition, et de l’homme à travers sa carrière, deux statuts qui soulignent sa particularité.

L’artiste

Qu’est ce que Sankofa ?

Ghislain Okoua de l’agence de communication Nekoda évoque un oiseau de la mythologie africaine. Il a le bec à l’arrière de la tête et y porte un œuf précieux. C’est un symbole de la culture Akan qui illustre l’importance de s’inspirer du passé pour construire l’avenir.

Pourquoi Sankofa ?

Pourquoi l’exposition de Kouamé Youssef s’intitule Sankofa ? A la lecture de chacune des peintures, on réalise que les symboles Akan sont fortement présents. Aussi l’artiste glane t-il plus de trente (30) années de carrière. Issu du peuple Baoulé appartenant au groupe Akan, il tire son inspiration de symboles traditionnels pour réaliser ces tableaux d’aujourd’hui.

Le conservateur de Musée, Kouassi Richard le dit :

Fort de sa grande connaissance de la civilisation akan baoulé riche de symboles, de divers signes graphiques et iconographiques (poids à peser de l’or, objets, ustensiles utilitaires et cultuels traditionnels et autres identifiants culturels), il crée un style de composition qui devient son écriture, alliant les techniques de l’expressionnisme et du cubisme en restant fidèle et constant dans ses représentations (espace, forme et couleur).

Cette direction de Kouamé Youssef lui confère une signature forte. Ses tableaux ont sa patte. Et au delà des symboles, ce sont les sourires de femmes qui interpellent : identiques sur la quasi totalité des tableaux. Peut-être inconsciemment, l’artiste a t-il été marqué par le sourire d’une proche. Les paysages sont ruraux, les personnages traditionnels. On sent la touche d’un senior très attaché à ses racines.

Kouamé Youssef – Exposition “Sankofa”

L’homme

Kouamé Youssef est né en 1948. Son histoire est spéciale et cela parce que l’homme se distingue par une personnalité forte. Il a fait deux années de primaire avant de devenir ouvrier sur un chantier de construction dans la localité de Toumbokro. Et là, sur un coup de tête, il abandonne tout. Il veut devenir peintre. Pour cet originaire de Dégbézré en pays Yaourè, peuple connu pour leur parfaite
maîtrise de l’art sculptural sur bois, c’est une vocation inattendue.

Mais il l’a décidé et il s’y met automatiquement. Sa première oeuvre est réalisée sur un tronc d’arbre avec une brindille en guise de pinceau de fortune. A partir de là, c’est sans complexe qu’il entreprend d’apprendre en pratiquant.

il apprend le dessin et la calligraphie dans les ateliers de maîtres calligraphes et suit des cours de dessin par correspondance (1966). Après avoir écumé les ateliers de peintres naïfs à Bouaflé et à Yamoussoukro, il décide de s’installer à son propre compte, d’abord, à Toumbokro (1970), puis définitivement à Yamoussoukro (1983). Là, il partage le marché de la calligraphie avec quelques ténors comme Bob, le Ghanéen et N’diaye, le Sénégalais. C’est alors qu’il se tourne vers la réalisation de portraits à partir des images photographiques.

On remarquera que Kouamé Youssef est déterminé, voir têtu, mais aussi et surtout visionnaire. Il devient un portraitiste incontournable, l’attitré des personnalités de la région, notamment,
des personnalités politiques, religieuses, administratives, traditionnelles et surtout des grands planteurs (Houphouët Boigny, Jean Konan Banny, Charles Konan Banny, Kouadio Bloffouè, Abdoulaye Diallo, Mamie Faitai, Mamie Adjoua…). Rien ne l’impressionne, rien ne lui semble impossible.

Son discours de remerciement ce vendredi 11 janvier émeut le public. Lui, qui n’a que le niveau CP2, lit un texte. Il hésite sur quelques mots à l’orthographe carabiné, mais insiste et avance. Son histoire est exemplaire. Kouamé Youssef est un autodidacte en puissance. C’est certainement ce qui a touché la marraine de l’exposition “Sankofa”, Madame Sophie Boguifo Kuyo, Fondatrice du Groupe Fred et Poppée.

Kouamé Youssef a reçu le Prix Pinceau d’or 1998, le Prix du Jury en dessin au Salon national des Arts plastiques, et le Prix d’excellence la même année.

Categories: Arts visuels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *