Soixante-deux (62) Kilomètres après le village de Guéhiébli, et le paysage montagneux suffit à vous annoncer la libération. Près de dix (10) heures de route, avec la voie complètement endommagée entre Bouaflé et Daloa. Fessiers engourdis, dos en compote, j’ai enregistré trois (3) crampes d’Abidjan à Daloa. Mais je suis contente. Je suis à Man.
Paysage montagneux

Man est une grande ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire et le chef-lieu de la région du Tonkpi. La ville est surnommée “La ville aux 18 montagnes”

MAN: Ville touristique
Je décide de marcher dans la ville. Déjà à 7H la vue par la fenêtre est atypique. Le brouillard au dessus des montagnes, le vert foncé de la nature, le calme…
A Man il y a des incontournables en terme de sites touristiques. Mon passage est éclair quand on sait le nombre de choses qu’il y a à voir (2 jours). Mais la ville en elle même est un site. Environnée par des montagnes et la forêt,
“Tout est en hauteur à Man”!

Je commence par la Cascade.

Le site de la cascade est en fait parfaitement aménagé pour recevoir des visiteurs. J’avais lu dans mes recherches post-voyage qu’il avait été laissé dans un état délabré avec les crises politiques. Cependant depuis le temps il s’en est passé des choses. Cinq minutes de voies non bitumées mais aplanies pour enfin arriver à une clôture peinte décorée, “brandée” aux couleurs de la cascade. Je suis accompagnée de nouvelles rencontres faites à l’occasion du Concours Miss prévu pour la soirée même.
Le ticket pour accéder au site coûte 200 francs par personne.

En route pour la cascade
Plusieurs marches d’un escalier interminable nous enfoncent au fur et à mesure dans un environnement digne d’une forêt tropicale. De part et d’autre de la verdure… Je me sens une exploratrice intrépide. Un calme inédit pour moi qui ai l’habitude du tumulte de la capitale économique. Tout ça est presque divin. Nous dépassons le pont de liane. Il a été refait. On ne peut malheureusement pas tester sa solidité. Il faut attendre l’inauguration du ministre du Tourisme.

A la fin des marches, la cascade. Enfin.

La cascade

Un tableau imposant. Des chutes d’eau habillent les roches jusqu’à un bassin qui fait office de piscine pour les visiteurs. C’est le jour de la Saint Valentin. Des amoureux s’embrassent sans complexe sous l’eau qui se déverse timidement. Ce n’est pas la saison pluvieuse.Quelques clichés et nous repartons pour voir les singes de Gbèpleu.

Les singes de Gbèpleu

Ils sont à l’entrée de la forêt qui mène, une heure de marche à pied plus tard, à la cascade. Il faut donc rebrousser chemin pour les voir. Des bananes, de la douceur, et ils s’approchent de vous. Chez les Yacouba, peuple originaire de Man, ce sont des animaux sacrés. Cependant, m’apprendra le guide, il n’est possible de les voir qu’autour de 16H et accompagné d’un autochtone du village de Gbèpleu. Il est 12H. Je rumine ma déception puis entreprends de voir les tisserands et les sculpteurs dans la cour de l’hôtel “Les cascades”.

Les tisserands et les sculpteurs

Parce que “tout est en hauteur à Man”, il faut monter une pente pour arriver à l’hôtel. Les tisserands sont visibles d’emblée. Suivez les pelotes de coton qui remontent vers eux. “Cloc clac cloc”, des cliquetis que j’ai appelé le concert des tisserands. Machinalement ils travaillent le textile tout en m’apprenant qu’ils exercent depuis plusieurs années. Ils se laissent photographier. Ils posent même.

Les tissérands

Je dois partir. Avant, j’achète des boubous yacouba et photographie les sculpteurs en plein processus de création.

Le Cavally



En réalité il s’agit d’un point d’arrivée du fleuve, mais ça vaut bien le détour. Je l’ai découvert par le plus grand des hasards. J’ai été me restaurer dans un maquis à la sortie de la ville,
“Le palm beach”. Ce maquis restaurant se spécialise en kédjénou*. Kédjénou de poulet, de lapin ou de cabri. Je choisis le lapin. Derrière moi la vue ne passe pas inaperçue. Un point de lecture ou d’étude agréable. On peut se refléter dans l’eau. Elle est pure.
Le Cavally
Où manger, où danser, où dormir




L’infinitif est le premier restaurant où j’ai dîné. Un conseil: Armez vous de patience en week end. Il y a foule.
Le kiosque de l’ancienne gare Shell propose un menu petit déjeuner varié. Pratiquement caché à la descente de la petite pente derrière cette gare, son allure modeste ne laisse pas deviner son contenu riche.
Mon Kédjénou de lapin

Le palm beach: Je vous en parlais plus haut.

Le kirikou est en réalité un maquis mais on y propose du poulet et du poisson braisé. Il était encore ouvert jusqu’à 1H du matin quand nous rentrions de la présélection Miss.

Le Class A est un des plus grands maquis de la ville. Il est couvert, avec une piste de danse.

L’hôtel Golou Marie est une auberge au même titre que Le bon samaritain. La nuit part de 5000 à 15000 Frcs CFA.

L’hôtel Les cascades reçoit à partir de 20.000 Frcs CFA

* Kédjénou: Sauce ou soupe
Categories: Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *