Pour souhaiter un Akwaba chaleureux à tous leurs hôtes venus sur les bords de la lagune Ebrié, Les organisateurs du Marché des arts du spectacle d’Abidjan ont servi le samedi 10 Mars 2018, une soirée dite « Prestige », avec au menu une belle fourchette d’artistes et créateurs.

Par David Dolégbé

La soirée a débuté par une prestation de la troupe Cie Nsoleh (Côte d’Ivoire). Elle a proposé une chorégraphie dénommée « Farô Farô ». Un mélange de musique urbaine et traditionnelle sur un ring aménagé pour la circonstance. Le décor planté par cette troupe de danse, c’était au tour de la slameuse ivoirienne Amee . Elle s’appelle Amee et elle fait ami ami avec les mots. « Je ne suis qu’une expression de l’Afrique » a telle commencé son texte, dans lequel elle défend les intérêts de l’Afrique et surtout des femmes.

Quelques rimes et des mots, de la musique douce puis une quinzaine de minute dans le monde de la mode avec le designer Reda fawaz, pour un défilé haut en créativité.

Que dire aussi, de la prestation ultra-traditionnelle du prof Fang Fiya. Quoique résident au Bénin, ce dernier nous vient de Chine et joue le Haro une guitare ancienne chinoise qu’il manie allégrement avec des gestes adeptes de Kung Fung.

C’est avec Bassiko kouyaté accompagné de sa femme et de son instrument : le n’goli, que cette soirée prestige s’est clôturée.

Dans la salle, s’était donné rendez-vous, un public international. Il y avait plusieurs personnes venues en Côte d’Ivoire pour la toute première fois. Des festivaliers de Zanzibar, du Mexique, du Québec, Burundi et d’autres contrées du monde.

 

Categories: Arts scéniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *