La onzième édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo n’aura pas lieu à Anoumabo. C’est l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS) qui accueillera les festivaliers et la panoplie d’artistes programmés pour des concerts du 17 au 22 avril 2018.

Par Jackie Edi

Cette annonce n’a pas été reçue avec joie par les habitants d’Anoumabo, qui n’ont pas manqué d’exprimer leur désarroi. Le FEMUA permettait au village de bénéficier d’une belle visibilité et de recevoir un grand nombre de visiteurs, ce qui représentait une saison fructueuse pour les commerçants :

”C’est une déception pour moi. Le Femua nous apporte beaucoup. On gagne plus de dix fois nos recettes habituelles. On vend même plus que le 31 décembre. Quel sera notre sort? Est-ce que nous aurons des places du côté de l’INJS pour vendre nos boissons?” S’inquiète Kouassi Daniel, gérant de maquis.

Les habitants du village ont également accusé le coup avec un pincement au cœur. Pour Williams Bolloré, le nouvel endroit est certes proche du village, mais il préfère rester chez lui en attendant que la prochaine édition se fasse à Anoumabo.

Boni Béda Franck a quant à lui souligné la question de l’insécurité. Car “la nuit c’est très dangereux de passer sous l’échangeur situé à marcory”, a-t- il révélé.

D’autres par contre comprennent la situation car cette délocalisation n’est pas la faute des magiciens : d’une part je ne suis pas content, mais d’une autre part je comprends”, a renchéri Gbotcho Gervais.

Le Femua 11 se déroulera à l’Injs cette année parce que des travaux sont en cours sur toute la voie principale du village, lieu où le podium du Femua élisait domicile.

“C’est à cause des travaux de bitumages de la voie principale du village que le Femua n’aura pas lieu ici cette année. Puisque les travaux ne sont pas achevés, il ne faut pas que cela impacte la disposition du matériel. Mais la cérémonie d’ouverture, la libation se feront ici. ”, nous a confié Mobio Didier, membre de la chefferie du village.

Vu l’engouement que ce festival suscite auprès des populations d’Anoumabo, on espère que leur vœux seront exaucés et que la prochaine édition retrouvera son site d’origine. Quoiqu’il en soit l’INJS s’avère un site pertinent pour un déroulement sécurisé. Il est à ciel ouvert mais bien clôturé et accessible avec assez d’espace et de visibilité. Rappelons que l’INJS a été restauré et réaménagé en 2017 à l’occasion des Jeux de la Francophonie.

En plus de l’INJS, la ville de Korhogo accueillera aussi la onzième édition du festival avec sa cérémonie de clôture.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *