Tapis rouge, accueil chaleureux, logistique ministérielle, invités sur leur 31, ambiance cosy et chic, la cérémonie de lancement de L’Emoi du Jazz avait des allures de rendez-vous hollywoodien ce 30 avril 2018 à l’hotel Afrikland du côté de Grand Bassam. La date est symbolique puisqu’il s’agit de la journée mondiale du Jazz.
L’Emoi du Jazz c’est aujourd’hui huit éditions avec une intensité n’allant que crescendo. Assurément le professionnalisme de l’organisation a beaucoup à y voir. Mais plus que tout l’héritage laissé par le célèbre DEZ GAD contribue à garder la flamme allumée.
Qui est donc cet homme dont le nom rime avec EMOI du Jazz ?

Marie Stella Gadeau, sa fille en parle :
“En 2009, mon père m’a dit : Marie qu’est ce que tu penses de ce nom Émoi du jazz. Puisque ce nom ne me disait rien j’ai fait des recherches. Et j’ai trouvé qu’émoi signifiait à la fois, la joie et la tristesse.  Et depuis 4 ans,  l’émoi du jazz a pris tout son sens dans la douleur puisque mon père n’était plus là ”

Ironie du sort ou beauté du geste, il tire sa révérence un 30 avril 2014.

Feu DEZ GAD de son vrai nom Désiré Coffi Gadeau est né le 16 avril 1955 à 12h30 à l’hôpital annexe de Treichville.  Il est un musicien devenu une icône du Jazz en Côte d’Ivoire grâce à son investissement pour le genre.

Tout a commencé dans son établissement à Bingerville en 1940. Un jour il fut attiré par les sonorités jouées par le guitariste Armand Yacé. Cet élève de 5ème aux allures distinguées,  devient dès lors,  le premier maître de Dez Gad.

Il fut révélé au grand public lors d’un festival de musique organisé à Cocody par un jeune promoteur musical du nom de Mel Théodore. De nombreux instrumentalistes célèbres ou non se sont succédés durant les 3 jours du festival.

Parmi eux se trouvait Désiré Gadeau accompagné de 3 amis dont Arnaud Yacé. Le public venu en grand nombre assister à ce festival n’a pas été indifférent face aux doigtés magiques du jeune homme de 15 ans. Comme une poignée de poudre,  la nouvelle du talent du guitariste s’est, aussitôt,  répandue dans tous le pays.  Une légende venait de naître ce soir là.

Malgré la multitude de guitaristes que l’histoire du jazz ivoirien ait enregistré,  Désiré Gadeau a été et restera un guitariste à part entière.

Dans l’optique de partager au public,  sa passion,  son amour pour ce type très particulier de musique , Dez Gad lance, avec des amis, en mai 2009, le 1er festival international de jazz dénommé ”l’émoi du Jazz”.

Ce festival est aujourd’hui organisé par sa fille aînée Marie Stella Gadeau qui a repris le flambeau au décès de son père le 30 avril 2014.

 

 

Categories: Arts scéniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *