“L’homme descend du songe”.

Le jeu de mot est  amusant mais, avec très peu de recul, si vrai dans le fond. L’homme est la somme de ses rêves, ses croyances, ses pensées, ses souvenirs aussi. Hélène Bondurand Lallemand argumente dans une exposition installée à Louisimone Gallery du 18 mai au 23 juin.

Par Orphelie Thalmas

Cette installation, parlons en. Elle contribue à rendre agréable la visite. Douce, apaisante, aérée. Il le faut pour ne pas se laisser envahir ou disperser par les bribes d’expériences vécues par l’artiste. Une fillette en tenue à carreaux bleus, typique des écoles primaires de la Côte d’Ivoire où Hélène Bondurand a été, une copie de devoir de classe, une chorale, une galante dame à son balcon, une canette de soda achevée, un couple fusionnel, tout y est. Les traits sensibles, faussement maladroits, des esquisses, et le résultat vous donne plaisir à penser à des souvenirs lointains altérés par le temps, embrumés aussi.

“Miettes de vie”

Chaque pièce est unique et le restera car il s’agit de monotypes issus d’un procédé de gravure permettant d’obtenir par impression un exemplaire unique.

Crédit photo : Louisimone Gallery

Il y a aussi la diversité des supports d’expressions. Les sculptures au centre de la salle et dans un coin, expriment un certain lyrisme dans les postures. Tantôt solennelles, debout et dignes, tantôt recroquevillées (de douleur ?), elles s’imposent dans le paysage en dépit de leurs tailles.

Penseurs sur structures impropables, L’homme descend du songe, Hélène Bondurand Lallemand

Hélène Bondurand s’intéresse aussi et surtout au monde et à son influence sur l’individualité humaine. Les tableaux “Le poids du monde” et “Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière” en attestent. Il se dessinent sur les visages des émotions torturées.

On passe d’un sentiment de légèreté avec la ballerine à un sentiment d’angoisse quelques tableaux plus tard, et puis on tombe sur de l’amour. On ne s’ennuie pas en conclusion.

L’exposition “L’homme descend du songe” est belle, touchante, adorable même.

 

Categories: Arts visuels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *