Qu’est-ce que vous évoque le Vaudou ? Certains parleront de sorcellerie, d’occultisme, de magie noire, d’autres diront Poupées ensorcelées ou satanisme… Au fil des années, le Vaudou a tout autant fasciné que troublé la culture occidentale qui a commencé à le décrire dans les médias, les films et les livres comme quelque chose d’abject.
Incompris et mal aimé, le Vaudou a longtemps été, et à tort, éclaboussé de noirceur. Il est temps de clarifier les choses.

Par Ange-Patrick Digbeu

ETYMOLOGIE ET ORIGINES DU VAUDOU

La religion Vaudou s’est majoritairement formée lors de l’expansion du royaume d’Abomey dans les actuels Benin et Togo. Le mot Vaudou vient de la langue FON et signifie esprit qu’elle aurait elle même récupéré d’un mot venant de la langue Yoruba. Dans cette dernière elle signifierait « divin ». Le terme Vodou viendrait de Vo Bo Doun qui signifierait littéralement « se mettre à l’aise pour manger », pour souligner l’esprit de partage, comme partager un bon repas avec des divinités.

Mais d’après certains spécialistes, Vaudou viendrai du Ewe «vo» (ouverture ou trou), qui évoque quelque chose de caché, de secret, et «du» (signes divinatoires). En d’autres termes, Vaudou signifierait quelque chose comme «messager de l’invisible». Le vrai terme serait Vaudoun. Le N final était inaudible par les colons, qui l’ont déformé. On trouve Plusieurs façons d’écrire ou de prononcer le Vaudou en fonction des peuples qui rapportent les propos sur cette religion.

Pendant l’esclavagisme, Le Vaudou s’est ensuite répandu dans les Amériques suite à la déportation d’esclaves. En effet au XVIème siècle, La France a envoyé de nombreux esclaves sur l’île de St Domingue, l’actuel Haïti, afin de cultiver les champs de tabac. On estime aujourd’hui qu’il y a plus 50 millions de pratiquants du Vaudou dans le monde.

Si le vaudou n’est autre qu’une religion qui prône l’esprit de partage, pourquoi l’opinion publique l’assimile t-il au mal ?

Sacrifice rituel d’une chevre, lors de la Fete Nationale du Vaudou, a Come au Benin. Juliette Robert

L’ENFER DU DECOR

Malheureusement, le Vaudou a été diabolisé au fils des ans et est aujourd’hui associé aux maléfices, aux sacrifices humains et d’animaux, au cannibalisme et autres atrocités innommables. Cela tient en grande partie à la colonisation et à l’esclavage.

Réprimer les pratiquants des religions africaines, en l’occurrence du Vaudou était l’une des excuses officielles pour asservir les peuples en les convertissant de force au catholicisme. Les religions africaines autochtones ont été dépeintes par les colons comme démoniaques. Beaucoup de publications sur le Vaudou ont permis au monde occidental de voir le Vaudou comme une religion dangereuse. La pratique du Vaudou était à la fois redoutée et ridiculisée. Les esclaves étant assimilés à un peuple primitif, et pas pleinement humain. Leurs religions étaient considérées comme des superstitions et vues de très mauvais œil par les missionnaires. Leurs prêtres étaient dénigrés en tant que sorciers, leurs dieux et esprits étaient dénoncés en tant que pervers.

Alors que le Vaudou n’est en fait qu’une religion que les esclaves pratiquaient pour se connecter avec leurs ancêtres et des esprits afin de s’élever spirituellement.

Ô-DIEUX VAUDOU

Le Vaudou est une religion monothéiste – ce qui signifie qu’il ne reconnaît qu’en un seul dieu. C’est donc par abus qu’on parlera de « Panthéon Vaudou ».

Le dieu suprême MAWU (ou Bondye dans les caraïbes) est le dieu unique du Vaudou. Il est dit « inaccessible ». Il n’a pas de forme. C’est plutôt un concept. On ne peut ni le représenter ni l’invoquer car ce serait vain.
Mawu est le créateur de toutes choses, même des autres « divinités » ou esprits, les Lwa. Mawu a crée les Lwa pour ne pas intervenir dans la vie des humains. Les Lwa sont des esprits capables de communiquer avec les humains, mais aussi de collaborer avec eux. Ils représentent des puissances ou des concepts comme l’amour, la mort, la maladie, la pluie, la foudre… Ils servent aussi d’intermédiaire entre Mawu et les humains.

Le Zangbéto – Ph : Afi Cakpo

Les adeptes du Vaudou développent des relations avec les Lwa afin de rechercher leurs conseils et de les aider à résoudre leurs problèmes quotidiens. Il est aujourd’hui impossible de dresser une liste exacte des Lwa. Il y en aurait plus de 600. On peut cependant citer quelques uns des plus célèbres.
Il y a Ogun, le Lwa de la guerre, Legba le messager, intermédiaire entre Mawu et les humains, Erzulie le Lwa de l’amour et de la beauté, Mamie Watta Lwa des eaux et les Guédés, Lwa de la mort.

Si le Vaudou prône le bien et la charité, ne nous méprenons pas cependant. Le Vaudou est aujourd’hui encore pratiqué à des fins obscures.

LES ORIGINES DU MAL

Le vrai problème du Vaudou c’est l’esclavagisme : là ou le vaudou traditionnel apportait partage, protection, réconfort ou guérison de l’âme et du corps, les adeptes du Vaudou à St Domingue vont progressivement commencer à demander aux esprits des faveurs afin de se venger des traitements qu’on leur faisait subir dans les plantations.

Représentation de la traite négrière à Saint Domingue

Ainsi par exemple au lieu de demander au Lwa de la protection, on commencera à réclamer la vengeance, voire même le malheur à l’encontre de quelqu’un. C’est à ce moment là que le Vaudou va commencer à être utilisé à des fins néfastes. La « Vaudouphobie » atteint son paroxysme lors de la violente révolution haïtienne débutée en 1791 où le Vaudou va être un catalyseur dans la révolte d’esclaves à Saint-Domingue. C’est à partir de cette période que naîtra le mythe des poupées Vaudou, qui en réalité est né de l’imaginaire du colon.

VODHOLICISME

Réprimé violemment, le Vaudou aurait pu disparaître, mais au lieu de cela il s’est adapté. Pour faire comprendre aux nouveaux convertis les concepts du christianisme, les missionnaires n’ont pas hésité à faire des parallèles. Mawu deviendra alors Dieu et les Lwa représenteront les figures du catholicisme tels que les saints. Le catholicisme a grandement inspiré le Vaudou, notamment dans les caraïbes où il était et est aujourd’hui le plus pratiqué. Par exemple, le pratiquant va développer une relation avec un Lwa en particulier. Il va chercher à comprendre et à incarner les principes qu’il représente. Il va alors se connecter spirituellement avec ce Lwa afin d’effectuer sa transformation personnelle et de manifester cette énergie pour aider son prochain. Ce « rituel » fonctionne aussi bien avec les saints catholiques.

Un autre exemple est celui des Vévé. Les Vévé sont des symboles que l’on trace au sol avec n’importe quelle poudre pour invoquer un Lwa. Certains Vévé mêlent symboles catholiques et symboles vaudou.

Mais le Vaudou originel, lui restera pratiqué en secret à l’abri des missionnaires.

LE VAUDOU AUJOURD’HUI

Depuis l’indépendance de Haïti en 1804, quand les gens ont commencé à être libres de choisir leur religion, des temples Vaudou ont été érigés et l’on y pratique ce qu’on appelle le Vaudou Haïtien.

Il faudra attendre 1850 en Afrique, pour que le commerce d’esclaves s’arrête et 100 ans de plus, c’est à dire en 1950 pour que le Vatican reconnaisse le Vaudou comme une religion et décide enfin d’interdire de l’interdire. Le Vaudou devient alors une religion reconnue au même titre que le Christianisme ou l’Islam. Mais en 1972, le Vaudou est à nouveau interdit avec l’arrivée à la tête du Benin le président Mathieu Kérékou. Il va réprimer le Vaudou en le qualifiant de rétrograde, d’obscurantiste et lié à la sorcellerie. Il fait interdire toute pratique liée de près ou de loin au Vaudou.

Il faudra encore attendre 1990 pour que le président Nicéphore Soglo redonne ses lettres de noblesse au Vaudou et autorise à nouveau la pratique du Vaudou qui ne s’était en réalité jamais arrêtée. Il instaurera à partir du 10 janvier 1994, le jour de la célébration des religions traditionnelles des religions africaines. Il faut aussi noter que de nombreux béninois convertis au christianisme n’ont pas arrêté de se tourner vers le Vaudou pour autant. Aujourd’hui l’Afrique n’est pas le continent qui compte le plus d’adeptes du Vaudou. Il est surtout pratiqué dans les Amériques. Les Usa et les Antilles le Brésil ou encore Cuba sont les pays qui comptent le plus de pratiquants du Vaudou.

Il existe aussi en Afrique du nord une forme de Vaudou qui a des influences arabo-islamiques. Il y a tant à dire sur cette religion qui fait partie du riche patrimoine africain. Certes comme toute autre religion, le Vaudou n’est pas exempt de défauts, mais il est temps de mettre en lumière tout ce qu’il présente de positif.

Categories: Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *