Lana Arma est certes, une signature méconnue des collectionneurs et amateurs d’art. Mais, à force de travail et d’abnégation, la jeune artiste a fini par s’imposer et bien s’intégrer dans l’actualité artistique de la capitale ivoirienne, alors qu’elle y réside depuis quelques mois. Une exposition solo suivie d’une performance live, une exposition collective en marge du Lili Women Festival et lauréate du concours d’art organisé par la Rotonde des arts, Lana Arma fait partie des tendances montantes de la peinture en Côte d’Ivoire

C’est cette artiste dont les tableaux sont farcis de couleurs chaudes, de vie, de message et d’amour que nous vous invitons à découvrir à travers cet interview.

Par David Dolégbé

1. Quel est le sujet principal dans votre travail ?

Je suis en quête d’harmonie, à la recherche du parfait équilibre entre les formes et les couleurs. Que ce soit dans le figuratif ou dans l’abstrait, Ce qui fait que chacune de mes œuvres est unique. c’est ce qui me caractérise.

2. Quel est le moment le plus marquant de votre carrière ?

C’est ma venue à Abidjan. Je ne m’attendais pas à un tel engouement et une telle compréhension de mon art. D’ailleurs, cela m’a énormément touchée parce que j’ai rencontré de nombreuses personnes lorsque je suis venu pour la première fois. J’ai été agréablement surprise par l’accueil, par l’ouverture d’esprit et le plaisir de voir mes œuvres. Clairement, oui, ma venue dans ce pays est l’un des moments les plus marquants de ma carrière. c’est ce qui m’a décidé aussi à venir beaucoup plus longtemps et de vivre de ma passion.

3. Il se dégage une certaine douceur dans votre travail, votre atelier pourrait ressembler à un presbytère. Le silence et la magie des lieux offrent le calme nécessaire à la création. Sinon à quoi ressemble votre lieu de travail – votre atelier ?

(Rires) Je travail généralement dans des endroits calmes sans bruit. J’aime la zénitude car pendant mes moments de créations je ressens doublement les vibrations qui sont autour de moi. Mais je sais aussi m’adapter à mon environnement si je dois faire une performance devant un public je me prépare psychologiquement à la foule autour de moi. Quand je suis dans mon processus de création, je suis concentrée, je me met dans une bulle de confort. Quelques fois j’écoute de la musique, mais ce n’est pas systématique. La plupart du temps, je suis dans le silence.

4. Peut-on dire que votre peinture se rapproche du Pop art ?

Je pense parfois, que mon style se rapproche du pop art. Le pop art, c’est très coloré, très flashy et beaucoup en rapport avec des choses comme la publicité et le marketing pour défendre des pensées ou opinions. Je me reconnais dans le côté peps parce que j’aime la couleur, l’enthousiasme car je pense que la couleur c’est la vie. Et cela correspond à ma personnalité. D’ailleurs, je définis mon travail comme une représentation de mon moi de mon histoire personnelle au fil du temps. Tout vient des choses que je vois et vis au quotidien et des personnes que je rencontre lors de mes voyages.

5. D’où vient cet amour pour les designs, les formes géométriques et les couleurs vives ?

Les formes géométriques sont pour moi comme des pièces de puzzle qui représentent une partie de mon histoire que je souhaite reconstituer, je fais en sorte qu’elles s’associent les unes aux autres pour former quelque chose d’harmonieux et de cohérent dans chaque œuvre que je crée. Quant aux couleurs elles représentent pour moi la vie telle que j’aimerais qu’elle soit pour chaque individu, belle, cohérente et harmonieuse.


6. Vous faites parler votre cœur à travers des actions sociales, Dans quel cadre se situent-elles et quelles sont vos objectifs à long terme ?

Lors du festival Lili Women, le thème était les violences faites aux femmes. Lorsque l’on m’a proposé d’y participer, j’ai tout de suite accepté car, on ne peut pas rester insensible à ce genre de cause.

Depuis jeune déjà j’avais commencée avec des actions comme le téléthon en France pour aider la recherche des maladies rares. Des projets en rapport avec l’humanitaire notamment auprès des enfants. Tout ce qui est lié à l’enfance, me touche énormément. Les enfants ne trichent pas, ils sont sans filtres et naturels. A long terme, je serai très heureuse de pouvoir m’associer avec des organismes comme l’Unicef ou l’UNESCO et partager ma passion avec les enfants à travers des ateliers.

7. Qu’est ce que l’art vous apporte en tant qu’individu ?

L’art est pour moi un exutoire et une forme de thérapie. Il m’apporte une certaine joie de vivre et me permet d’être à la rencontre de gens divers et variés. De pouvoir échanger en direct avec eux, c’est très enrichissant et j’adore cela ! Il me permet de découvrir de nouveaux horizons et d’autres cultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *