Yopougon, Adjamé crient liberté ! On veut un changement et en attendant on survit bien.

Yopougon, Adjamé, communes symboles de l’esprit pop abidjanais. Il y a foule et chaleur mais aussi simplicité. Et simples paraissent les scènes que l’artiste ivoirien Armand Boua présente lors de son exposition à la Galerie Cécile Fakhoury jusqu’au 31 août 2019.

Par Orphelie Thalmas

Abstrait figuratif, les peintures s’effacent comme des souvenirs qui s’évaporent ou remontent, à chacun de voir. Le traitement du peintre crée une sensation de fugacité dans ses oeuvres, de nostalgie aussi. Mais c’est bien l’instant qu’il saisit dans son mouvement. Des photos puis leur peinture traduisent la volonté de rendre un témoignage fidèle mais aussi de se projeter. La jeunesse est son sujet. Elle représente l’essence d’une communauté. Cette jeunesse est à la fois insouciante et soucieuse d’un tableau à un autre.

Yopougon, Adjamé crient liberté ! On veut un changement et en attendant on survit bien.

Sur toile et sur carton, la technique d’Armand appuie sa réflexion (ou son regard ?). De loin on discerne mieux les formes et on arrive à comprendre au delà. Il voit loin, de loin.

Categories: Arts visuels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *